• suite 6

    La gendarmerie ce trouve à quelques rues de l’adresse donnée par pierre, quelques minutes suffisent, aux véhicules pour arriver sur le lieu de l’agression. Deux estafettes des forces de l’ordre se gare devant au 23 rue plomb, la demeure des Morel. Suivit d’un véhicule des pompiers. Les habitants du quartier surpris d’entendre et de voir t’en de gendarme dans leurs lotissement sortent et commences a ce poser beaucoup de questions, ils s’approchent de la petite maison ou les forces de l’ordre on installés un périmètre de sécurité. Rapidement l’adjudant Médart suivit de deux pompiers, rentre dans la cour et passe la porte d’entrée de la maison ouverte, puis dans le salon. La découverte que fait l’officier, le choc, il devient blanc et le bouleverse t’en, qu’il sort de la pièce. Le temps de se remettre en quelques minutes, il retourne auprès des pompiers qui s’occupent de l’homme qui baigne dans le sang. L’adjudant Médart leurs demandes de faire attention de ne pas tous bougé. Et surtout de ne pas toucher au corps de la femme qui est décéder. Pierre est devant le balisage de sécurité installé devant la maison. Et informe l’un des agents que c’est lui, qui, a découvert les victimes et a prévenus la gendarmerie. Le gendarme lui fait passer le ruban qui sert au balisage le conduit auprès du véhicule et lui demande de patienter la. Il se dirige vers la maison et entre, il revient avec son supérieur. Celui-ci le salut et lui dit de rentré chez lui directement, qu’il passera le voir des que toutes les premières constatations serai terminer. L’adjudant lui demande aussi de ne voir personne tant qu’il n’est pas passé le voir, et l’informe qu’un agent va l’accompagné pour que personne ne vienne l’importuné. Pierre retourne chez lui suivit du gendarme. Il le fait entré dans le salon ou se trouvent Maria et la petite Anna muette et frustré dans le canapé. Il propose un café au gendarme qui refuse poliment et reste a l’entré du salon. Pierre explique à sa femme la conversation qu’il vient d’avoir avec le grader. Pendant se temps les pompiers font les premiers soins a Sylvain qui est inconscient, ils l’installent sur une civière et l’évacue dans le camion, pour le conduire au centre hospitalier le plus proche. L’adjudant, après avoir noté ces premières constatations, prend son portable et appel l’équipe scientifique et le médecin légiste de la gendarmerie. Il rejoint ces agents à l’extérieur et leurs demandes de faire le nécessaire pour disperser la foule qui s’agglutine dans la rue. En attendant que la brigade scientifique arrive, l’adjudant va voir pour interroger Pierre. Demande a un de ces gendarmes de passer chez les voisins les plus proches pour les interroger. Quand l’adjudant Médart sonne la porte, c’est Pierre qui va ouvrir, et le fait entré dans le salon, ou il rentre dans le vif du sujet. Quand il est tous de suite stoppé par Pierre qui lui demande de le suivre dans la cuisine. La il explique au gendarme que la petite fille qui est dans son salon c’est l’enfant du couple qui vient d’être agresser.

    « suite 7 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    mandragore20132 Profil de mandragore20132
    Jeudi 4 Avril 2013 à 23:21

    J'ai l'impression d'être à la place des personnes; pierre, le jeune policier, les pompiers et les scènes d'horreurs sont si bien décrites que je suis moi-même ulcérée. Le voisin a eu un sang froid terrible pour joindre la police et entrer dans les détails des explications. J'ai un métier difficile et je sais que celui de pompiers est encore plus dur car il faut en avoir dans l'estomac pour ne pas dire plus bas dans l'anatomie, concernant la gente masculine bien sûr. Il en est de même pour la police, dur métier où ces personnes là risquent leur vie à chaque coin de rue louche suivant les quartiers malfamés ou autre, chaque jour de leur existence. Je pourrais dire que comme celui de travailler auprès des patients ces 2 métiers-là sont une vocation qui exige dévouement, sacrifice, courage, self control, diplomatie...Combien de faits divers, d'articles de ce style apparaissent dans les journaux, les infos télévisées, les médias. Votre Roman policier les fait revivre sous nos yeux dans la lecture des chapîtres. Ce sont des faits qui sont malheureusement réels dans ce monde de fous. 

    Merci pour nous faire partager cette intrigue policière. Il manque plus qu'à trouver un titre, éditer le roman avec votre nom d'auteur et le publier. 

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Vendredi 5 Avril 2013 à 22:03

    merci de tous mon coeur pour tes commentaires Denis !!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :